LOADING

Type to search

Noté ( 3.75 / 5 )

Diplôme d’expertise comptable: Quelle réforme?

Diplôme d’expertise comptable: Quelle réforme?

ASTUCES & CONSEILS

Diplôme d’expertise comptable: Quelle réforme?

admin November 22, 2018

Il est temps que le Ministère de l’Enseignement Supérieur engage une véritable réforme de l’Enseignement Supérieur de la comptabilité et notamment, le cursus qui mène au Diplôme d’Expertise Comptable (DEC). Certes, la Tunisie a adopté le système LMD (Licence Master Doctorat) à l’instar de la plupart des pays européens et non européens; mais la filière comptable n’a pas eu la chance d’avoir la faveur des responsables chargés de la réforme universitaire.

La crise financière récente et ses répercussions sur l’économie mondiale ont démontré l’urgence de la mise en place d’une régulation internationale des systèmes d’informations financières.

La comptabilité traduit sous forme chiffrée les actes juridiques et les transactions économiques qui affectent le patrimoine des entreprises. En effet, depuis le XVe siècle la comptabilité est devenue la source la plus sûre de l’information économique et financière. Cependant, la multiplicité des référentiels comptables est à l’origine des difficultés de communications financières et du désordre monétaire international.

Face à cette situation, la normalisation comptable est devenue incontournable afin d’assainir la communication financière et de permettre une lecture plus aisée des documents financiers établis selon un référentiel unique.

J’espère que la réforme qui sera engagée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur tiendra compte des objectifs clairement définis à l’avance telles que :

  1. La reconnaissance internationale du Diplôme d’Expertise Comptable tunisien pour faciliter l’installation des experts comptables tunisiens au-delà de nos frontières;
  2. L’organisation d’un examen national pour l’obtention du Diplôme d’Expertise Comptable. Les établissements d’enseignement supérieur auront pour mission de préparer les étudiants à cet examen.

Si l’on observe les réformes engagées par d’autres pays étrangers et notamment la France, on constate que la formation supérieure au Diplôme d’Expertise Comptable peut être réalisée selon l’une des deux filières suivantes :

  • Une filière spécifique : à partir de l’obtention du baccalauréat, l’étudiant intègre le cursus d’expertise comptable composé de trois niveaux de diplômes.
  1. Le niveau 1: le diplôme initial de comptabilité est délivré à tout étudiant qui capitalise 13 unités d’enseignement sur 6 semestres soit l’équivalent de la licence (180 ects),
  2. Le  niveau 2: le diplôme supérieur de comptabilité délivré à tout étudiant qui satisfait à 7 unités d’enseignement supplémentaires sur 4 semestres soit l’équivalent du Master (120 ects supplémentaires),
  3. Le niveau 3: le diplôme d’expert comptable délivré après 3 ans de stages, la présentation d’un mémoire et la réussite à une épreuve écrite de synthèse.

Chaque niveau de diplôme fera l’objet d’un examen national organisé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur.

  • Une filière universitaire classique qui consiste à intégrer après le baccalauréat  une formation en licence de gestion (6 semestres). La licence permet, après une sélection, d’intégrer la préparation d’un master spécialisé d’expertise comptable (4 semestres). Le grade de Master permet d’avoir l’équivalence partielle du niveau 2 de la filière spécifique et de se retrouver au niveau 3.
Filière Diplôme

Filière spécifique
N1

180 ects

 N2

120 ects

            N3

180 ects

 

Filière classique

Licence

180 ects

 Master

+ UE manquantes

 


Il faudra envisager des passerelles entre les deux filières afin de favoriser la réussite de l’étudiant.

Bien entendu l’enseignement proposé dans les deux filières doit s’inspirer des recommandations internationales et la conception d’un référentiel de formation spécifique au contexte tunisien tout en laissant une place prépondérante à l’enseignement des normes comptables et d’audit préconisées par les normalisateurs internationaux.

Il faudra aussi encourager et faciliter la conclusion des conventions bilatérales entre les universités tunisiennes et les universités étrangères afin de favoriser la co-diplômation et indirectement la reconnaissance mutuelle des diplômes indispensable au principe de la liberté d’installation des professionnels de la comptabilité et de l’audit et l’harmonisation des référentiels de formation.

Naturellement, il est inconcevable de ne pas faire participer à cette réforme les représentants de la profession comptable. En effet, les membres de l’ordre des experts comptables sont des professionnels responsables et impliqués activement dans la vie économique du pays. Grâce à leur expérience ils peuvent enrichir les débats et les travaux des éventuelles commissions.

Enfin, il est à craindre que le Ministère de l’Enseignement Supérieur  opte pour un « bricolage » du système actuel et présenter ce travail comme une véritable réforme. Les enjeux sont très importants pour les professionnels de la comptabilité, les entreprises, les banques, la bourse, l’Etat tunisien… Il faut avoir le courage de mettre en place les moyens nécessaires et les compétences nationales pour doter notre pays d’une formation comptable reconnue au niveau international.

Ajouter un commentaire

Please rate*
Ce champs est réquis
Ce champs est réquis
Ce champs est réquis
Email invalide